Voleur de bouche

C’était en 2004, fin juillet. Je venais tout juste d’avoir 12 ans depuis 2 mois, et lui avait 18 ans depuis 5 mois (je n’avais aucune idée de son âge à ce moment là, je l’ai appris qu’en 2013). Il est sûr que c’était avant mon entrée en 6° car je me souvient en avoir parler à une fille dans ma classe de 6° – qui m’a traitée de menteuse. Bref. On était 4 amis (2 filles : Moi et MT, et 2 garçons : SN et Lui). A cette époque, je “flirté” avec SN, et je suppose que MT était avec l’autre [L'amour est une notion très ambiguë pour moi, et je me rend compte aujourd'hui que je ne sais pas l'identifier, alors qui avait-ils réellement entre nous quatre, je ne sais pas, ça remonte à trop loin].

Voleur de bouche dans Agressions, violences dscf4311

;

Un jour, ma mère m’avait privée de sortie (comme c’était souvent le cas), et il c’est passé quelque chose entre MT, SN et lui, qui avaient passé l’après-midi à l’aérodrome de la ville. Je me suis donc retrouvée non plus avec SN, mais contrainte d’être avec lui. Je dit contrainte car quelque chose me faisait déjà peur en lui, sans que je sache quoi, sans que j’en ai pleinement conscience. Il me faisait déjà un peu peur, mais je n’imaginais pas ça de lui. En même temps, à 12 ans, je n’avais pas grande conscience de mon histoire, d’où je venais, et je n’imaginais pas que ce genre de chose soit possible.

.

Ce jour là, au lieu de faire des jeux de cartes comme à chaque fois que l’on se retrouvé tous les 4, SN et MT sont partis ensemble, et je me suis retrouvée seule avec lui, il m’a isolée plus loin dans le coin des bâtiments (il y avait des fenêtres mais apparemment personne puisque personne n’a rien fait). Bref, il m’a appuyé sur les épaules pour que je m’asseye. Il c’est ensuite mis à genou, ses parties étant à hauteur de mon visage … Il a commencé à me toucher l’intérieur des cuisses, en remontant progressivement jusqu’à hauteur des seins (je n’en avais pas encore), là, il m’a lâché pour baisser son jeans, et après avoir joué avec sa chose, il m’a forcée à la mettre dans ma bouche, il m’a obligé à la lécher, à la tenir avec mes doigts, et d’encore la mettre dans ma bouche, c’était sale, je ne voulais pas, quand j’ai refusé d’y re-mettre les mains ou de la remettre encore dans ma bouche, il m’a prise de force, m’a appuyée la tête, et à fait rentrer sa chose de force dans ma bouche. Je me sentais tellement mal, mais ne pouvais rien faire parce qu’il faisait mal, c’était sale, j’étais sale. Je me suis laissée faire parce qu’il faisait mal, que je voulais rentrer chez moi, je voulais que ça finisse vite. J’ai  »triché » pour ne plus avoir à mettre ce truc dans ma bouche, j’ai préférer lécher mes doigts, et passer mes doigts sur son truc pour faire croire que c’était ma bouche, ça a marché un moment, il ne faisait plus trop attention et regardé en l’air. Mais il a finis par le remarquer, et il a recommencé par la force. Encore et encore. Et il m’a lâchée. Je suis rentré peu de temps après chez moi, toute seule en courant. J’ai pris une douche, me suis laver beaucoup de fois les mains et la tête. Je ne suis pas sortie dehors jusqu’à ce qu’il déménage, encore moins quand il venait me chercher. Je n’en ai pas parler. Par peur, honte, ou tout simplement parce que j’avais personne avec qui en parlé, ma famille n’étant pas à l’écoute.

Des années de silence, jusqu’en 2011, 7 ans après, quand j’ai entrepris de rencontrer une psychologue pour la première fois.

Mes parents en seront informés 3 ans après par la brigade des mineurs, et sérieusement, ça ne changera absolument rien dans nos relations. Pire. L’atmosphère devient lourde car ce sujet doit être tue, il est tabou, on ne doit pas en parler …

(Cette article est noté publiée en 2004, date de l’événement, comme tous les autres articles. Date réelle de publication, 11 novembre 2016).