Pansement qui rime

peinture-610x1023

Si j’avais su, ce que t’avais prévu
Je ne serai pas venue, te rejoindre en pleine rue
J’avais 12 ans et j’étais bête
J’ai cru que tu étais différent des autres garçons
Que tu m’appréciais peut-être
En fait, t’étais encore plus con
J’avais des amis, tu en faisais parti
Tu étais plus vieux, mais il n’y a pas d’âge pour faire des jeux
On était en groupe, puis les autres sont partis
Tu as voulu t’amuser, faire de moi ta poupée
Tu m’as pris la main, tu semblais si heureux
Tu m’as emmenée un peu à l’écart du monde,
Dans un petit coin bien sombre
Plus personne ne pouvait nous voir
Et j’ai réalisé trop tard, que ça allait devenir un cauchemars

* ° * ° *

Tout à coup, tu n’étais plus le même
Tu m’as plaquée à terre, et t’a sorti ta haine
Tu m’as dit que t’avais envie de moi
Que je ne pouvais rien contre toi
Tu m’as tenue contre le sol et tu as serré,
J’essayais de m’échapper
Mais tu me tenais avec fermeté
Je sentais mes jambes fléchir
J’ai cru que j’allais mourir
Je te suppliais du regard
mais c’était sans espoir

* ° * ° *

Ma tête regarde à terre
Ton jean déjà ouvert
J’étais épouvantée
Mais toi, tu riais
Tu t’es collé contre moi
Ton sexe tout proche de moi
A ce moment j’ai prié Dieu de m’évanouir
Pour ne plus entendre tes soupirs

* ° * ° *

D’un ton ferme tu m’a dit mange
Tu m’as traité de tous les noms et même de pute
J’avais 12 ans, je n’étais serte pas un ange
Mais j’étais qu’une petite fille perdue
Avec force tu as continué
Et même si je pleurais tu t’en foutais
Ton sexe dans ma bouche, tu t’es masturbé
Et devant moi tu as lâché ton lait
J’avais envie de vomir
J’avais envie de mourir

* ° * ° *

J’ai eu tellement mal
Je me sentais si sale
Tu m’avais souillée,
Ruiné ma vie à jamais
Et puis tu m’as laissé partir
Seule, sale et meurtrie
En rentrant je me suis laver
Mais la saleté est restée
Puis les jours d’après, tu es venu me chercher
Comme si de rien n’était, qu’on était toujours amis
Je ne suis jamais descendu, je ne t’ai jamais revu
Ma vie tu l’a gâché, c’est à toi de payer
Devant la justice je te traîne
C’est à ton tour de purger ta peine
Violée tu m’as, payer tu vas

* ° * ° *