La grande bleue

26

Parce que ça n’arrive pas tous les jours ce genre de chose, je vous partage un moment que j’ai pu passé. Au début effrayant, mais en faite on y prend vite goût (sans pour autant être dans l’excès parce que bon, ça ne m’intéresse pas trop quand même).

Le 20 juin, un ami m’a appelé pour que je lui rende un service. En effet, suite à un accident, il ne pouvait pas conduire sa voiture manuelle jusqu’au garage pour sa révision. Il a été très flou sur la voiture, mise à part qu’elle n’avait pas de direction assistée.

On s’est vue le 25 juin, pour parler un peu (ça faisait longtemps que l’on ne s’était pas vue). Mais toujours pas d’information pour la voiture. Sauf que c’était une Opel. Du coup, un peu rassurée, une Opel ça va, c’est une voiture ordinaire.

Le 27, il vient me chercher chez moi, avec sa voiture automatique, pour aller récupérer la voiture manuelle. Arrivé devant son garage, je découvre la bête.

La grande bleue dans La quotidienne -

Instant de panique. Moi ? Conduire cette chose ?

J’avais peur d’être même pas capable de la sortir du garage et de me prendre le mur.

Mais en faite ça va.

J’ai eu l’occasion de la conduire à 6 reprises en 6 jours, en allant faire de la vitesse sur des routes désertes.

J’ai eu beaucoup de mal au début à abandonner les règles de conduites de passer les vitesses au bon moment, de ne pas dépasser la vitesse autorisé. Après un certain temps, j’ai pris plaisir à pousser les rapports en rétrogradant et à sentir la voiture décoller. C’était très agréable, quoi que flippant.

Je suis ravie d’avoir vécue cette expérience, même si bon, la vitesse ce n’est pas trop mon truc.